Thérapie séquentielle

Les barrages homéopathiques – la thérapie séquentielle du Dr. Senn

    Modélisée dans les années 1960 par le docteur Dominique Senn (médecin homéopathe à Lausanne), la thérapie dite séquentielle est la synthèse de représentations médicales issues de plusieurs courants et cultures différents. Elle reprend de manière pertinente des concepts d’immunologie, de médecine traditionnelle chinoise (point d’acupuncture), l’instrument de mesure élaboré par le docteur Voll (organomètre ou EAV), et bien entendu les travaux de Samuel Hahnemann et de ses successeurs unicistes. Cette approche est un prolongement contemporain de l’homéopathie classique, adaptée à l’évolution de la médecine moderne (à ses découvertes les plus récentes, ainsi qu’aux intoxications nouvelles engendrées par ses puissants médicaments et vaccins, inconnus à l’époque d’Hahnemann).
    Cette méthode part du principe que l’énergie vitale qui anime l’organisme est entravée par des barrages successifs que l’organisme n’arrive pas à éliminer complètement de lui-même. Il en résulte une diminution progressive de l’énergie circulante à l’origine de nombreux problèmes de santé.
Les causes de ces barrages sont diverses : maladies mal éliminées (maladies d’enfances notamment), vaccinations, intoxications médicamenteuses, maladies chroniques sous-jacentes touchant l’ensemble de l’humanité (découvertes par S. Hahnemann : Psore, Sycose, Tuberculinisme, Luèse). Ces blocages doivent être nettoyés progressivement, un à un, selon l’ordre inverse de leur apparition dans l’organisme, en respectant la séquence précise d’apparition.
thérapie séquentielle arbres

Instrument de mesure – organomètre

    Lors de l’anamnèse (entretien avec le patient permettant d’établir les symptômes et leur ordre d’apparition), l’homéopathe va essayer d’établir la liste des différents barrages probables, en se basant entre autre sur le carnet de vaccination. Cela donnera une hypothèse de traitement, qu’il faudra vérifier avant chaque prescription.
thérapie séquentielle organomètre
    Pour confirmer cette hypothèse élaborée par l’homéopathe et déterminer avec certitude le barrage devant être nettoyé, la méthode s’aide d’un instrument de mesure permettant de mesurer les flux d’énergie à l’intérieur de l’organisme.
    Cet outil, élaboré par le Dr Voll, permet de déterminer comment l’énergie circule dans l’organisme en mesurant la résistivité électrique sur les points terminaux des méridiens d’acupuncture au bout des doigts (les méridiens sont des canaux dans lesquels l’énergie circule à travers le corps).
Une fois diagnostiqués, les flux d’énergies bloqués peuvent être libérés en prenant dans la main le flacon homéopathique correspondant au barrage présumé (ex : en mettant le vaccin de l’hépatite B dynamisé homéopathiquement dans le main d’une personne ayant été vaccinée contre l’hépatite B). Par ce procédé, l’instrument de mesure confirme instantanément que c’est ce barrage qu’il faut lever, car l’énergie recommence à circuler dans le méridien (l’aiguille de l’organomètre remonte et la valeur indiquée sur le cadran permet de confirmer la dynamisation du remède).
Le remède est ensuite prescrit dans une ou plusieurs dynamisations afin de lever le barrage incriminé. La consultation suivante permettra à l’homéopathe de vérifier si le traitement a été efficace, puis déterminera l’étape suivante de ce travail de nettoyage en profondeur.