banniere12

L’intestin au centre de tout

L’intestin, centre vital de l’organisme

Le tube digestif est composé de nombreux organes, partant de la bouche et allant jusqu’aux voies d’élimination. Son rôle premier est de réduire les macronutriments en toutes petites particules. Puis de les assimiler afin de nourrir l’ensemble de l’organisme. Il assure également un rôle de neutralisation des toxines et d’élimination des déchets par l’intermédiaire du foie et de la vésicule biliaire, pour autant que le transit soit efficace.  

La muqueuse intestinale, notamment celle de l’intestin grêle, assure une fonction de barrière entre son contenu, bol alimentaire et bactéries, et l’intérieur de l’organisme. Cette barrière relativement mince et fragile doit impérativement rester étanche, imperméable, autrement des protéines alimentaires ou batériennes risquent de passer dans le sang et dans la lymphe. Ce phénomène s’appelle le syndrome de l’intestin perméable ou de porosité intestinale. Ses conséquences peuvent être particulièrement graves car l’organisme s’intoxique progressivement et le système immunitaire s’affole face à l’arrivée de protéines étrangères qui ne devraient pas être présentes sous cette forme dans l’organisme.

Au delà de ses fonctions purement digestives, l’intestin assure également des fonctions immunitaires ainsi que neurologiques. Les recherches actuelles disent qu’environ 70% à 80% des cellules immunitaires sont présentes dans l’intestin et qu’il comporte approximativement 200 millions de neurones. Il est donc aisé d’imaginer les impacts négatifs des troubles digestifs sur les fonctions immunitaires et neurologiques.

En parallèle, le nombre de cas de côlon irritable et de reflux gastrique ne cessent d’augmenter. A regret, la gastro-entérologie moderne n’arrive qu’à vérifier s’il n’y a pas des lésions organiques graves, mais sans apporter de solutions aux patients. Les cas plus lourds de maladies de Crohn et de rectocolite hémorragique quant à eux sont bien soulagés par les traitements allopathiques modernes, mais un traitement de terrain, agissant sur les causes, permettrait de réduire les crises, voire d’amener des rémissions sur de longues périodes.

Ainsi, les symptômes de ballonnements, de douleurs, de constipation ou de diarrhées répétées ne devraient pas être banalisés. Ils indiquent une fragilité du système digestif qui, à terme, pourrait évoluer vers un trouble plus conséquent, voire toucher d’autres sphères comme le système immunitaire ou le système nerveux.