Différents courants

L’homéopathie : Différents courants

Depuis 2 siècles, l’homéopathie a connu des apports successifs des homéopathes l’ayant pratiquée, modifiant la manière de la pratiquer et de la comprendre.

Trois courants de pensées principaux forment des homéopathes :

Homéopathie UNICISTE

Dans les pas du fondateur de l’homéopathie, l’unicisme se veut la méthode traditionnelle, respectant les écrits originaux et les recommandations d’Hahnemann.

L’homéopathe uniciste cherchera toujours un seul remède capable de guérir les symptômes éprouvés par le patient qu’il a en face de lui. Pour cela, il tiendra compte de son caractère, de son sommeil, de son appétit et de ses symptômes physiques. L’objectif est de trouver UN remède capable de produire tous ces symptômes lors d’une pathogénésie.

Dans l’absolu, il est possible de considérer que chaque individu correspond à un remède bien précis depuis sa naissance. Dans cette perspective, le remède individuel devrait pouvoir rétablir l’équilibre de la personne lorsqu’elle tombe malade, car c’est SON remède, une sorte de diapason pouvant rétablir l’harmonie à chaque fausse note. Toutefois, cela ne signifie pas que ce remède soit le seul et l’unique que la personne doit prendre. Il faudra parfois administrer un autre remède (remède intercurrent) en fonction des symptômes présents, mais toujours UN seul remède à la fois.

Homéopathie PLURALISTE

Reprenant la vision réductionniste de la médecine classique, l’homéopathe pluraliste va poser un regard symptomatique sur l’individu, l’amenant à prescrire plusieurs remèdes en même temps.

À titre d’exemple, si une personne souffre de douleurs articulaires, d’un ulcère d’estomac et d’insomnie, l’homéopathe pluraliste pourra prescrire un remède pour les articulations, un pour l’ulcère et un pour les troubles du sommeil. Chaque remède étant administré à des heures, des jours et des posologies différents.

L’homéopathie pluraliste fait preuve d’une grande recherche dans l’élaboration de ces traitements et de nombreux concepts sont repris dans le but de faire des prescriptions tenant compte des différentes sphères de l’individu, de son terrain, de ses antécédents et de sa constitution.

Toutefois, il semble que cette application de l’homéopathie se substitue à la capacité de guérison qu’à l’organisme et que ce ne soit plus la réaction de l’énergie vitale qui fasse la guérison.

Homéopathie COMPLEXISTE

L’homéopathie complexiste est essentiellement le fruit des laboratoires cherchant à faire des médicaments prêts à l’emploi. Ces produits se trouvent en pharmacie et contiennent plusieurs remèdes dans une même préparation.

Cette approche de l’homéopathie ne tient pas compte des fondements de cette médecine. Elle ne prend pas en considération l’individu et ne cherche pas le remède le plus semblable, mais propose un mélange de remède dans un même flacon. Si par chance, le remède dont la personne a besoin s’y trouve, elle pourra éventuellement se sentir un peu mieux, mais la guérison est très rare avec ce genre de produit.

Malheureusement, ce genre de procédé nuit à l’image de l’homéopathie, amenant souvent des patients à penser avoir essayé un traitement homéopathique sans résultats, alors qu’il n’y a d’homéopathique que la méthode de préparation des remèdes.