Comment ça marche

L’homéopathie : Comment ça marche ?

L’homéopathie a pour objectif de stimuler les défenses naturelles de l’individu. Pour cela, elle considère que le corps est animé par une énergie vitale, présente de la naissance à la mort, et que toutes maladies ont pour origine un dérèglement, un blocage de cette énergie.

Les symptômes exprimés par le patient sont le reflet extérieur de ces déséquilibres énergétiques. En observant finement les réactions de l’individu, il est possible de chercher un remède semblable aux symptômes présents. Cette similitude de symptômes est également une similitude vibratoire plus profonde, il y a ressemblance entre la maladie naturelle dont la personne est atteinte et le remède similaire, soit une sorte de maladie artificielle.

Hahnemann disait que l’organisme ne peut être envahi par deux maladies semblables en même temps. C’est comme si la place était déjà prise. Or, si la nouvelle maladie est plus puissante, elle prendra la place de la maladie déjà installée.

A titre d’exemple, une personne souffre d’une otite à l’oreille gauche (maladie naturelle). Par une recherche minutieuse, un remède parfaitement similaire est trouvé, puis administré à la personne malade (une dose de Pulsatilla 200 K). La maladie artificielle (remède) étant légèrement plus puissante que la maladie naturelle (otite), elle va prendre sa place, se substituer. La force vitale va se considérer à nouveau attaquée par une autre maladie plus puissante et elle va mobiliser ses défenses pour réagir contre cette nouvelle invasion. Cette contre-réaction va balayer les symptômes provoqués par la maladie artificielle et également ceux de la maladie naturelle préalablement installée dans l’organisme.

Par contre, si après la prise du remède les symptômes avaient été améliorés, mais pas complètement guéris, il aurait probablement fallu augmenter la dilution-dynamisation (une dose de Pulsatilla MK) car la maladie artificielle n’aurait pas été légèrement plus puissante que la maladie naturelle.

Ce n’est pas le remède qui guérit, mais la réaction de l’énergie vitale face à cette nouvelle agression.

L’homéopathie n’agit pas contre la maladie (ce que font les médicaments anti… antibiotiques, anti-inflammatoires, etc.), mais avec les défenses naturelles du corps.

Contrairement à une idée populaire, les remèdes homéopathiques agissent vite et peuvent apporter une guérison en quelques heures dans des situations aiguës. Les traitements chroniques prennent naturellement plus de temps, car le déséquilibre est profond et installé depuis de nombreuses années.

L’aggravation homéopathique

L’aggravation homéopathique, ou plus exactement l’intensification des symptômes présents au moment de la prise du remède, est un phénomène particulier de cette thérapeutique.

Cette réaction de début de traitement est due à la superposition temporaire de la maladie artificielle (remède) légèrement plus puissante que la maladie naturelle. C’est comme si l’organisme tombait à nouveau malade exactement de la même manière, donc les symptômes s’intensifient.

En principe, une aggravation homéopathique ne devrait pas durer plus de quelques heures lors d’une maladie aigue, et quelques jours lors d’une maladie chronique.

L’aggravation homéopathique est un excellent signe pour l’homéopathe, car elle indique que le remède est bien choisi (similitude) et que l’énergie vitale de l’individu est suffisante pour y réagir (guérison possible).